Bernard-Marie Koltès
Réécriture, adaptation ou reprise, il y a un peu de tout cela dans Le Jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet, titre caractéristique par l’insistance sur la temporalité courte et sur la violence, pièce longtemps inédite de Bernard-Marie Koltès.
Comme tous les grands héros de la littérature, Hamlet est un personnage qui traverse le temps. Hamlet, pour Koltès, c’est d’abord une histoire de famille. Dans cette pièce, on est bien dans l’univers « koltésien » et on oublie vite Shakespeare même si les personnages principaux sont présents. Ce dernier a écrit ce condensé de la pièce de Shakespeare avec l’ardeur d’un jeune dramaturge avide de se pénétrer de l’esprit d’un auteur qu’il vénère.
C’est une pièce qui m’a d’abord beaucoup intéressé dans cette recherche minimaliste des actions où le travail d’acteur est très important, les gestes sont utiles, l’espace est vide pour devenir plein par la présence du texte. Et cela devient très excitant.
J’utilise la scène du théâtre de manière presque brute, habitée de rares éléments de décor pour leur donner tout leur sens (des plus minimalistes, où ne subsistent que quelques accessoires)…

Mise en scène : Kader ROUBAHIE – Assistant/Conseiller Littéraire : Stéphan CAUSSE – Régie Lumières/Scénographie : Nicolas FERRARI – Musiciens : Céline DUSSAUD (violoncelle) et Matthieu GUILLIN (effets sonores)  – Comédien(ne)s : Alexandre CAFARELLI, Céline RIVALTA, Frédéric ROUSTAND, Anne-Laure SANCHEZ.